Prendre rendez-vous à Mascouche

450-232-6828

Prendre rendez-vous à Ahuntsic, Montréal

514-317-3930

 

RESSOURCES

À PROPOS

NOS AUTRES SERVICES

PHYSIOTHÉRAPIE AVANCÉE

© 2017 CLINIQUES DYNAX PHYSIO - TOUS DROITS RÉSERVÉS

En plus d'un diplôme universitaire de deuxième cycle (maîtrise) pour devenir physiothérapeute, la physiothérapeute spécialisée en rééducation périnéale possède une formation avancée post-graduée dans le domaine.

Physiothérapie périnéale ou rééducation pelvi-périnéale:

La rééducation périnéale aussi appelée rééducation pelvi-périnéale traite les problèmes de santé reliés au plancher pelvien.

Le plancher pelvien est le nom donné au groupe de muscles et autres structures qui forment la base du bassin. Son rôle est d’abord de supporter la vessie, l’urètre, le rectum et l’utérus. Ce sont ces mêmes muscles qui  permettent de retenir, puis d’évacuer aux moments opportuns les urines, les selles et les gazs. Le plancher pelvien a également une fonction sexuelle puisqu’il est impliqué dans la perception adéquate des sensations lors des relations sexuelles et lors de l’orgasme.

Comme les autres muscles du  corps, les muscles du plancher pelvien peuvent présenter une dysfonction suite à diverses situations.

 

Le rôle de la physiothérapeute spécialisée en rééducation périnéale est d'abord de faire une évaluation détaillée afin de trouver la source précise de cette problématique. Une fois la dysfonction identifiée, la physiothérapeute pourra établir avec vous un plan de traitement approprié.

 

L'objectif de ce plan de traitement est de rétablir le contrôle, le niveau de force et d'endurance des muscles pelviens ou encore de les détendre afin d'aider la personne à retrouver un fonctionnement adéquat des appareils urinaire, anorectal et/ou vulvovaginal. Ce contrôle regagné permettra souvent d'éliminer ou d'améliorer les symptômes anormaux affectant votre système urinaire, votre zone périnéale ou ano-rectale.

Qu’est-ce que la rééducation périnéale ?

Chez l’homme et la femme:

 

- Douleurs pelviennes, périnéales, ano-rectales et coccygiennes

- Incontinence urinaire : perte involontaire d’urine

- Vessie hyperactive: envies pressantes et fréquentes d’uriner

- Incontinence anale: perte involontaire des selles ou des gazs

- Difficulté/ douleur à l’évacuation des selles: problème de constipation, assynchronisme anal

- Prolapsus: descente d’utérus, de vessie, du rectum ou du petit intestin

- Périnatalité

- Diastase : séparation des abdominaux suite à la grossesse

Quelles sortes de problématiques peuvent être traitées  en rééducation périnéale?

En quoi consiste le traitement de rééducation périnéale?

Le rôle de la physiothérapeute spécialisée en rééducation périnéale est d'abord de faire une évaluation détaillée afin de trouver la source précise de votre problème. Une fois la dysfonction identifiée, la physiothérapeute pourra établir avec vous un plan de traitement approprié. La nature exacte du traitement dépend du type de problème pour lequel vous consultez. En règle générale, les traitements en rééducation périnéale sont constitués de:

- thérapie manuelle (techniques internes et externes);

- rééducation du contrôle musculaire du plancher pelvien et des autres muscles du bassin;

- exercices et de conseils.

Il faut prévoir en moyenne entre 3 à 10 visites, tout dépendamment de votre problème.

Incontinence urinaire

 

- L'entrainement du plancher pelvien de manière importante durant et après l'accouchement prévient l'incontinence urinaire chez la femme

(Siv Mørkved et al. 2013. Pelvic floor muscle training during pregnancy to prevent urinary incontinence: a single-blind randomized controlled trial. Obstetrics & Gynecology, Volume 101, Issue 2, February 2003, Pages 313-319.)

- L'utilisation de la stimulation électrique couplée à la physiothérapie pour la rééducation du plancher pelvien dans les cas d'incontinence urinaire rapporte une amélioration significative de la force du plancher pelvien, ainsi qu'une diminution marquée des fuites urinaires.

(Amaro J, Oliveira Gameiro M, Padovani C. Treatment of urinary stress incontinence by intravaginal electrical stimulation and pelvic floor physiotherapy. Int Urogynecol J. 2003;14(3):204-8.)

 

Douleurs de la région vaginale et périnéale

 

- 51,4% des femmes atteintes de vestibulodynie traitées en physiothérapie à l’aide de la rééducation pelvi-périnéale, dont la rétroaction biologique, rapportent une amélioration significative de l’intensité des douleurs lors des relations sexuelles.

(Bergeron et al. 2002. Physical therapy for vulvar vestibulitis syndrome: A retrospective study. Journal of Sex and Marital Therapy, 28, 183-192.)

- 83% des femmes atteintes de vestibulodynie provoquée ayant reçu un traitement en physiothérapie avec biofeedbak ont rapporté avoir une diminution significative de leur douleur et 83% d’entre elles ont retrouvé une vie sexuelle active suite au traitement.

(McKay et al. 2001. Treating vulvar vestibulitis with electromyographic biofeedback of pelvic floor musculature. J Reprod Med, 46, 337-342.)

- Après 8 traitements en physiothérapie, 10 femmes atteintes de vestibulodynie provoquée sur 13 ont rapporté avoir une diminution significative de l'intensité de la douleur lors des relations sexuelles.

(Goldfinger et al. 2009. A Prospective Study of Pelvic Floor Physical Therapy: Pain and Psychosexual Outcomes in Provoked Vestibulodynia. J Sex Med,6:1955-1958.)1968.

 

Données scientifiques appuyant l'utilisation de la physiothérapie périnéale

 

Douleurs pelvi-périnéales spécifiques à la femme

Les termes dyspareunie, vulvodynie, vaginisme, vestibulite et vestibulodynie sont fréquemment utilisés pour poser un diagnostic lorsqu’il y a une problématique de douleur à la région périnéale chez la femme.

 

 

La dyspareunie se définit comme étant de la douleur à la pénétration vaginale. C’est donc un diagnostic général qui  englobe les autres conditions tels que la vestibulodynie, le vaginisme, la vulvodynie et les douleurs causées par l’atrophie vaginale.  Il est estimé qu’environ une femme sur cinq rapporte souffrir de douleur aux relations sexuelles. Cette problématique est donc assez commune. Malheureusement, peu de professionnels de la santé sont formés pour reconnaître et diagnostiquer ces conditions. Il se peut donc que vous soyez référée à plusieurs personnes avant d’obtenir le bon diagnostic. De plus, les patientes souffrant de douleurs aux relations  sexuelles sont fréquemment traitées à tort pour des infections vaginales. Si vos douleurs persistent malgré la prise de médicaments ou de crème traitant les vaginites, il pourrait être pertinent de consulter une physiothérapeute en rééducation périnéale qui pourra vous aider à identifier s’il y a une cause musculaire à votre problème et ainsi établir un plan de traitement.

 

Un autre diagnostic fréquemment posé chez les patientes rapportant des douleurs aux relations sexuelles est celui d’un problème de nature psychologique (anxiété, aversion face à la sexualité etc.) Les symptômes de la patiente sont alors souvent minimisés ou encore une simple référence au psychologue ou sexologue est faite. Bien qu’il puisse effectivement y avoir une composante psychologique, celle-ci n’explique généralement qu’une seule partie du problème. Il peut donc s’avérer nécessaire de consulter un physiothérapeute en parallèle aux traitements avec le psychologue/sexologue pour cerner tous les composantes du problème.

Dyspareunie

Vestibulodynie/Vestibulite

Vulvodynie

Douleurs post-partum et post-opératoire

Atrophie vaginale suite à la ménopause ou la radiothérapie

Les douleurs pelviennes constituent la principale cause de consultation des hommes chez l’urologue. Ces douleurs peuvent être localisées au niveau du pénis, du rectum, des testicules et du bas ventre. Elles se manifestent typiquement lors de l’érection et de l’éjaculation, mais peuvent aussi être ressenties dans d’autres circonstances telles qu’en position assise prolongée. Les douleurs pelviennes peuvent être associées à d’autres symptômes tels que des dysfonctions érectiles, des engourdissements à la région périnéale, des troubles d’évacuation des selles et des envies fréquentes d’uriner. Lorsqu’un patient consulte pour ce type de douleur,  le diagnostic de  prostatite est fréquemment posé. Le terme prostatodynie est aussi parfois utilisé. Alors qu’il était autrefois pris pour acquis que ce type de douleur était relié à une inflammation ou une infection de la prostate, les évidences scientifiques actuelles démontre que 90% des prostatites sont en fait reliées à une dysfonction du plancher pelvien que l’on appelle le syndrome pelvien douloureux chronique. Il peut donc être pertinent de consulter une physiothérapeute en rééducation périnéale si :

1 - Vous souffrez de douleurs pelviennes (pénis, testicules, gland, pubis, ano-rectal, coccyx)

2 - Votre médecin n’a pas identifié de signes objectifs d’infection ou de conditions médicales spécifiques pouvant expliquer vos douleurs (culture d’urine, analyse du liquide prostatique et prise de sang non-concluantes)

3 - Vos symptômes n’ont pas diminué  suite à la prise d’antibiotiques ou d’alphabloquants prescrits par votre médecin.

 

Les douleurs pelviennes peuvent être fréquemment causées par des spasmes des muscles du plancher pelvien. Ces spasmes peuvent être le résultat d’une chute, d’une chirurgie pelvienne telle qu’une vasectomie, de soulèvement de charges à répétition, de position assise prolongée (ex: cycliste), d’un abus sexuel ou  d’un problème thoracique ou lombaire. Lorsque le problème est de nature musculaire, votre physiothérapeute en rééduation périnéale peut vous aider à diminuer vos douleurs.

Douleurs pelvi- périnéales spécifiques à l’homme (prostatite)

La proctalgie fugace (proctalgia fugax) est une condition qui se caractérise par une douleur très intense et spontannée au niveau du rectum. Celle-ci peut durer de quelques secondes jusqu’à 20 minutes. Elle est souvent le résultat d’une crampe des muscles du plancher pelvien qui peut, entre autre, être déclenchée par l’orgasme ou encore lors du sommeil. Elle peut affecter les hommes et les femmes. Votre physiothérapeute spécialisée en rééducation périnéale peut vous aider à gérer ces douleurs.

Douleurs ano-rectale

Douleurs  coccygiennes

Névralgie du nerf pudendal ou syndrome du nerf pudendal

Douleurs dans la région du périné pouvant être présente chez la femme comme chez l'homme

On qualifie d’incontinence urinaire toute perte d’urine involontaire peu importe la quantité ou le contexte. Il existe différents types d’incontinence urinaire. Il est  donc important de déterminer précisémment avec votre physiothérapeute au travers d’une évaluation complète, les facteurs précis qui contribuent à vos fuites et ainsi pouvoir déterminer un plan de traitement spécifique à votre condition.

Incontinence urinaire

Incontinence urinaire d'effort

Incontinence urinaire d'urgence

Incontinence urinaire mixte

L’incontinence urinaire post-prostatectomie

L’incontinence anale se caractérise par la perte involontaire des éléments du rectum que ce soit des selles ou des gazs. Divers facteurs peuvent être à l’origine de l’incontinence anale. Ceux-ci peuvent être musculaires ( faiblesse du plancher pelvien ou changement de sensibilité du rectum), neurologiques ( lésion des nerfs pelviens) ou pathologiques (maladie du système digestif tel que le syndrome du colon irritable ou la maladie de Crohn).

La physiothérapie peut aider à régler votre problème incontinence anale lorsque celle-ci a une composante musculaire. Les traitements sont constitués d'enseignement d’exercices du plancher pelvien, de techniques de rééducation d’une sensibilité normale du rectum et de conseils pertinents pouvant améliorer votre situation (nutrition, habitudes d’hydratation, habitude d’évacuation etc. On prévoit, en général, de 5 à 8 traitements pour le traitement de cette condition.

L’incontinence anale ( incontinence fécale  et/ou incontinence de gaz)

Difficulté  à l’évacuation des selles (constipation et/ou douleur)

Un prolapsus pelvien se caractérise par la descente de l’un ou de plusieurs organes de la cavité pelvienne que ce soit la vessie (cystocèle), l’utérus (hystérocèle), le rectum (rectocèle), le petit intestin (entérocèle) ou l’urètre (urétrocèle). Les descentes d’organes sont généralement le résultat d’un manque de support normalement apporté par les muscles du plancher pelvien et les ligaments du bassin. Cette problématique est  commune chez les femmes ayant eu des enfants, mais aussi chez celles ayant des troubles de constipation chronique ou des problèmes respiratoires entrainant une toux fréquente. Les traitements en physiothérapie consistent en de l’enseignement d’exercices respiratoires, du renforcement des muscles du bassin et l’enseignement de tout conseils pertinents pouvant améliorer votre situation (nutrition, posture, habitudes d’hydratation, habitude d’évacuation, constipation, techniques d’entraînement etc.). Dans certains cas, la prescription d’un pessaire (une prothèse vaginale assurant le support des organes) peut être pertinente. Votre physiothérapeute peut assurer l’ajustement et le suivi adéquat pour le port du pessaire. Vous devez prévoir une moyenne de 5 à 8 visites pour le traitement d’un prolapsus pelvien.

Prolapsus pelvien (descente d’organes)

 

Rééducation périnéale chez la femme enceinte (périnatalité)

La consultation d’une physiothérapeute spécialisée en rééducation périnéale lors de la grossesse et suite à l’accouchement favorise la récupération optimale des muscles du plancher pelvien. De plus, votre physiothérapeute peut vous aider à traiter plusieurs problématiques musculo-squelettiques  qui se manifestent tout au long de la grossesse, telles que de les douleurs à la région lombaire, à la région dorsale, à la symphyse pubienne. La physiothérepute peut aussi aider dans les cas d'incontinence urinaire. Même en l’absence de symptômes, une consultation en rééducation périnéale est recommandée chez la femme enceinte pour permettre l’enseignement adéquat des exercices de renforcement et d’assouplisssement du plancher pelvien, ainsi que des  techniques de poussée qui vous seront très utiles à l'accouchement.

Diastase abdominale

La diastase abdominale se caractérise par une séparation des abdominaux qui survient typiquement suite à la grossesse. Celle-ci peut être associée à des douleurs lombaires et exarcerber des problèmes d’incontinence urinaire et de descente d’organes déjà présents. Votre physiothérapeute en rééducation périnéale peut vous aider à diminuer votre diastase à travers l’enseignement d’exercices et de conseils spécifiques à votre condition.

La vestibulodynie (autrefois appelée vestibulite) se caractérise par une douleur à l’entrée du vagin souvent décrite comme une brûlure et/ou un déchirement. On note deux types de vestibulodynie. La vestibulodynie provoquée se manifeste seulement au moment de la pénétration (relation sexuelle, insertion d’un tampon ou examen gynécologique), tandis que la vestibulodynie non-provoquée se manifeste avec ou sans pénétration. Dans les deux cas, cette problématique est souvent causée par une augmentation de la tension musculaire du plancher pelvien. La vestibulodynie se manifeste fréquemment suite à des épisodes d’infection urinaire et/ou vaginale à répétition ou suite à d'autres traumatismes dans la région pelvienne.

La vulvodynie se caractérise par de la douleur à la vulve. Celle-ci peut se présenter aux relations sexuelles ou de façon spontannée. Elle peut être très localisée ou généralisée sur toute la région vulvaire.

La vulvodynie est fréquemment rapportée par des patientes présentant d’autres pathologies affectant le système urinaire ou digestif, telles que la cystite interstitielle, le syndrome du colon irritable ou la maladie de Crohn. Chez ces patientes, une partie des  douleurs peuvent en autre être expliquée par une contraction du plancher pelvien en réaction à la pathologie. Bien que la physiothérapie ne puisse pas en elle-même guérir ces pathologies, elle peut aider à diminuer les douleurs associées à celles-ci.

Vaginisme

Le vaginisme est similaire à la vestibulodynie de par la localisation et le type de douleur rapportée par les patientes. Alors que la vestibulodynie rend la pénétration douloureuse, cette dernière est généralement carrément impossible dans les cas de vaginisme. Cette condition est reliée à des spasmes involontaires du plancher pelvien et se manifeste généralement dès les premières relations sexuelles ou examens gynécologiques.

Les douleurs pelvi-périnéales se manifestent fréquemment suite à un accouchement ou une chirurgie, puisque ces situations créent  des lésions qui forment par la suite des  adhérences et des cicatrices. Les raideurs cicatricielles diminuent la souplesse des tissus du vagin ce qui peut rendre la pénétration douloureuse. De plus, le trauma d’un accouchement ou d’une chirurgie peut provoquer une contraction du plancher pelvien qui peut elle aussi être à la source de douleurs.

Les changements hormonaux qui accompagnent la ménopause peuvent créer une atrophie vaginale qui se caractérise par une diminution de la souplesse des parois du vagin. Celui-ci devient donc plus étroit. Le même phénomène peut se produire suite à une radiothérapie ou curiethérapie dans la région pelvienne. Cette atrophie peut causer des douleurs aux relations sexuelles. La physiothérapie peut aider à diminuer ces douleurs en favorisant une meilleure élasticité des tissus du vagin.

Une forte proportion des hommes ayant subi une chirurgie de la prostate rapporte souffrir de fuites urinaires. Ce problème s’explique par le fait que certaines structures de l’appareil urinaire, ainsi que les mécanismes de la vessie peuvent avoir été altérés par la chirurgie. Les fuites peuvent aussi être accompagnées d’envies pressantes et fréquentes d’uriner, ainsi que de problèmes érectiles. L’incontinence urinaire se résorbent généralement dans une période de 6 à 9 mois suivant la chirurgie, mais peut perdurer dans certains cas. Le but de la physiothérapie avant et/ou après la chirurgie est d’accélérer le retour à la pleine continence. Les traitements consistent généralement en de l’enseignement d’exercices pour renforcer la musculature du plancher pelvien, ainsi qu'en plusieurs conseils pertinents pouvant améliorer votre situation (nutrition, habitudes d’hydratation, constipation etc.). En général, vous pouvez prévoir une moyenne de 3 à 5 traitements pour cette condition.

 

Le syndrome du nerf pudendal se caractérise par des brûlures et/ou des engourdissements dans la zone rectale et les organes génitaux, qui peuvent irradier jusqu’aux cuisses. Il touche les hommes et les femmes. Les douleurs peuvent être constantes ou intermittentes et ont tendance à s’exarcerber en position assise prolongée. Ce syndrome peut être accompagné de problèmes urinaires, fécaux et sexuels. Il peut se manifester suite à une fracture, une chirurgie ou un traumatisme dans la région pelvienne. Il peut aussi être causée par une activité prolongée en position assise. Une irritation ou une compression  du nerf pudendal (par les os, les muscles ou les ligaments pelviens) est à l’origine de ce problème.

 

Il est à noté que bien que le syndrome du nerf pudendal soit le plus connu, d’autres nerfs pelviens (ilio-inguinal, ilio-hypogastrique, génito-fémoral)  peuvent aussi être irrités ou comprimés et ainsi être  à l’origine de vos douleurs.

Les douleurs au coccyx surviennent fréquemment suite à une chute ou suite à tout autre traumatisme au bassin, tel qu’un accouchement. Le coccyx est l’un des points d’attache du plancher pelvien et une dysfonction de cette musculature peut donc contribuer aux douleurs dans cette région. Bien que les douleurs coccygiennes peuvent être fréquemment traitées par diverses techniques externes, il peut parfois s’avérer  nécessaire d’utiliser des techniques internes (par voie anale) pour traiter la problématique de façon définitive. Votre physiothérapeute spécialisée en rééducation périnéale possède la formation nécessaire pour performer de telles techniques et ainsi soulager vos douleurs.

L’incontinence urinaire mixte  se défnit par des fuites urinaires qui se produisent autant à l’effort qu’à l’urgence.

Les traitements de l’incontinence urinaire en physiothérapie consistent généralement à l’enseignement d’exercices pour renforcer (ou parfois relâcher) la musculature du plancher pelvien, ainsi qu'en plusieurs conseils pertinents pouvant améliorer votre situation ( nutrition, habitudes d’hydratation, constipation etc.) On prévoit, en général, de 5 à 8 traitements pour le traitement de ces conditions.

 

L’incontinence urinaire d'urgence se caractérise par des pertes involontaires d'urine accompagnant ou précédant un besoin urgent d'uriner. Les personnes souffrant d’incontinence urinaire d’urgence ont aussi tendance à ressentir des envies plus fréquentes d’uriner. Des contractions involontaires de la vessie associées parfois à une faiblesse des muscles du plancher pelvien peuvent être la cause de ces problèmes. Ceux-ci peuvent être exacerbés par des habitudes de miction et  d’hydratation inadéquates, ainsi que par la présence de certains irritants dans l’alimentation.

L’incontinence urinaire à l'effort  est la forme la plus fréquente. Elle se manifeste le plus souvent en riant, en toussant, en éternuant, en changeant de position, en sautant, en soulevant une charge ou en faisant de l’exercice. Ce problème survient généralement lorsque les muscles du plancher pelvien sont affaiblis et ne parviennent plus à se contracter suffisamment ou au bon moment pour éviter les pertes d'urine. Pour cette raison, l’incontinence urinaire est souvent associée à la grossesse et à l’accouchement même plusieurs années après celui-ci. L’incontinence à l’effort peut aussi se produire lorsque le plancher pelvien est trop tendu, empêchant ainsi une contraction normale et optimale du muscle. Il est donc commun que des femmes de tout âge, n’ayant jamais eu d’enfants, rapportent avoir des fuites urinaires. De plus, des techniques de respiration inadéquates lors de la pratique de sports peuvent contribuer à créer une surcharge sur le plancher pelvien entraînant ainsi des pertes d’urine.

Une évacuation complète et indolore des selles nécessite un relâchement adéquat des muscles du plancher pelvien pour permettre une ouverture des sphincters de l’anus. Chez certaines personnes, ce relâchement musculaire est incomplet ou même absent (assynchronisme anal), rendant ainsi l’évacuation des selles difficile et douloureuse. Une rééducation du contrôle musculaire du plancher pelvien peut aider à corriger ce problème. De plus, d’autres facteurs tels que le positionnement à la toilette, l’alimentation, l’hydratation et le niveau d’activité physique peuvent influencer vos problèmes d’évacuation et seront donc adressés par votre physiothérapeute.